Bernard Castagnet - Patrick Brossard

16 March 2016 - 14 h 30 min
  • Récit
  • Photos & liens

Bernard Castagnet, vice-président du conseil départemental, découvre le métier de chocolatier-confiseur chez le maître artisan Patrick Brossard.

MERCREDI 16 MARS, 14 H 30, LA REOLE. Bienvenue chez Patrick Brossard. Maître-artisan chocolatier-confiseur, 30 ans de métier et une conception affirmée de son rôle : « Mon objectif est de faire connaître la profession. » Ecoles primaires, centres de loisirs, maisons de retraite, cours particuliers… Dès qu’il le peut, il partage sa ferveur du goût et du produit.

Il sait qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre. D’ailleurs, après avoir commencé à travailler en cuisine dès ses 14 ans, Patrick Brossard a découvert le chocolat à 23. Et n’a pas hésité à repartir de zéro.

3 000 sujets faits maison pour Pâques

Pour Pâques, la production est impressionnante : 90 sortes de chocolats, 3 000 sujets. Tous faits maison et décorés au pinceau. Parmi ceux-ci, 200 kg de très haut de gamme. « Je vais au Venezuela pour trouver la fève et j’ai rentré les machines pour la travailler. Par plaisir, pour m’amuser. »

Entre devenir un industriel et perpétuer la tradition, Patrick Brossard a choisi. Pas question de grandir davantage. Mais de transmettre à ses apprentis les recettes qui se perdent : guimauve, nougat, chocolat à la liqueur.

Bernard Castagnet, maire de la ville pendant plus de 20 ans, est sensible à cette valorisation du patrimoine. La Réole vient d’être labélisée ville d’art et d’histoire. Et l’élu se dit « très très fier » de compter sur la commune un artisan qui participe pleinement à cette promotion.

tryptique-bernard-castagnet-1
tryptique-bernard-castagnet-2
tryptique-bernard-castagnet-3

Pour la mise en situation du jour, le jeu a consisté à confectionner un chocolat de Pâques. Un lapin, chacun le sien. Avec sa corbeille dans le dos et l’herbe sous les pieds pour celui de l’artisan d’un jour. Etape par étape : décoration dans le moule avec du chocolat blanc coloré, coulage du chocolat, assemblage des deux parties. Dextérité, technicité, créativité.

Le bon chocolat, c’est bon pour la santé

Une expérience surprenante pour Bernard Castagnet, qui avoue se sentir désormais prêt à… continuer d’en consommer tous les jours. « Je suis un grand amateur de chocolat. Et il a des vertus. Le magnésium est essentiel dans l’équilibre neuro-végétatif. » Là, c’est le médecin qui parle.

Il a aussi craqué pour un cadeau pour sa femme : un escarpin rouge, dont on ne soupçonne pas qu’il soit en chocolat. « C’est presque de l’artisanat d’art », apprécie-t-il.

Les deux hommes sont heureux de leur participation à l’opération Artisan d’un jour. « Vivre un vrai moment de partage comme cela, c’est rare », dit Bernard Castagnet.

Le mot de la fin pour le maître-artisan :

« Il n’y a pas assez de dialogue avec les gens de terrain. Nous, on fonce. Avec la crise, on fait attention au prix, il faut être raisonnable. Mais on a besoin d’être mis en valeur, d’avoir des interlocuteurs réactifs dans l’artisanat. Et il ne faut pas limiter le nombre d’apprentis, parce qu’il y a un mimétisme qui se crée et c’est ce qu’il faut. »

  • Patrick Brossard, maître chocolatier-confiseur
  • La création de l’artisan d’un jour