Martine Faure - Olivier Durand

1 April 2016 - 10 h 00 min
  • Récit
  • Photos & liens

Martine Faure, députée de Gironde, accompagnée de la vice-présidente de la région Catherine Veyssy, s’est rendue le 1er avril à Paillet, où l’attendait Olivier Durand pour devenir menuisier ébéniste d’un jour.

SCIES, CISEAUX, RABOTS. Bienvenue chez Olivier Durand, menuisier-ébéniste à Paillet. Avec Julien, en apprentissage jusqu’en 2017 et un jeune stagiaire, l’artisan œuvre pour une clientèle variée et fidèle : particuliers, designers, maîtres d’œuvre et même parfois de grands groupes en sous-traitance.

realisation-dessous-plat-bois-artisan-d-un-jour
Martine Faure et Catherine Veyssy, tutorées par l’artisan et son apprenti, ont chacune réalisé un dessous de plat démontable, format familial.

A l’entame de sa 9e année d’activité artisanale, Olivier ne ressent toujours pas la sérénité. Tout en retenu, il évoque ses « difficultés pour aller de l’avant. » En cause, la crainte des charges, des changements de règle impromptus qui tombent sur le coin du bec. L’élue en convient, « ce qui est très inconfortable, c’est de ne pas savoir. Ça fragilise beaucoup l’activité et, derrière, l’individu. » Le vœu d’Olivier Durand est limpide : « L’artisan a besoin de savoir, clairement et sans surprises, ce qu’il doit. Et que ce soit par rapport à ce qu’il fait. »

Solidarité et optimisme à toute épreuve

Il faut dire que l’artisan et l’élue se sont déjà croisés. Pour un moment bien moins agréable, puisque c’était suite aux intempéries du 25 juillet 2014. L’atelier a été totalement détruit. Et le règlement du dossier a été long, très long. L’artisan a même dû payer des pénalités de retard. Une injustice. Pourtant, déjà, Martine Faure avait noté chez l’artisan « une vraie bonne nature. De ces personnes qui vous donnent le sourire, qui vous font du bien. »

La vice-présidente de la région, confirme :

« C’est quelqu’un de remarquable, une personnalité solaire. Il a été victime. Heureusement, il a pu s’appuyer sur la solidarité d’autres artisans, de la bienveillance de ses clients. C’est une leçon d’humanité. »
_Catherine Veyssy

Avec aussi le soutien financier de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Région Aquitaine, qui a par ailleurs déposé un dossier de demande de subvention que le Conseil Régional a accepté, l’artisan a pu reprendre son activité. Pour le plaisir de tous.

Un fervent supporter de l’apprentissage

Car Olivier Durand est bien ancré sur son territoire. D’ailleurs, l’atelier est animé. L’endroit exprime le plaisir d’être ensemble. « Je suis optimiste, je rigole. Il faut toujours aller de l’avant », dit Olivier. Pourtant, les difficultés ont pesé : « Si je devais me remettre à mon compte, je ne le ferais pas. Mais aujourd’hui je suis heureux. Je rencontre des gens formidables, humainement. Quand je reçois un chèque avec un mot de remerciement, le chèque ne compte plus. »

julien-olivier
Julien, en 2e année d’apprentissage et son maître de stage

Un état d’esprit et un plaisir qui se retrouve pleinement dans le binôme qu’il forme avec son apprenti. Ils sont en phase, ça transpire. Jusque dans l’épreuve, quand le talentueux Julien a dû abandonné lors des récentes Olympiades des métiers suite à une blessure au genou. Qui d’autre que son patron pouvait le mieux lui remonter le moral ?

L’apprentissage, Olivier en est devenu un fervent défenseur : « ça m’a libéré, dit-il. Au début c’était compliqué mais aujourd’hui c’est intéressant. Il n’y a que des avantages pour un artisan seul comme moi. On se complète bien puisque je le forme. Et j’espère l’embaucher. »

Si Olivier Durand est toujours craintif quant à acquérir des matériels, il est un investissement dans lequel il croît : l’humain. Synonyme d’avenir.